Vous êtes ici : Langue FRAncien.ne étudiant.eIls ont choisi l'UPEC

  • Formation continue,

Marisol, chargée du développement associatif

Publié le 21 mars 2012 Mis à jour le 15 janvier 2018

Marisol, est devenue chargée du développement associatif au sein de Non-Violence XXI grâce au master 2 Action humanitaire internationale et ONG obtenu en formation continue à la Faculté administration et échanges internationaux. Retour sur son parcours...

J'ai fait l'UPEC - Marisol

J'ai fait l'UPEC - Marisol

Quel est votre parcours initial ?

J’ai fais une partie de mes études supérieures au Mexique où j’ai obtenu un Master en Communication. En France j'ai obtenu un Diplôme Universitaire à l'Institut Français de Presse Paris II Assas et ensuite un DEA Média et Multimédia. Après ce DEA j'ai travaillé dans le milieu de la communication
 
Qu’est-ce qui a motivé votre reprise d’étude ?

Je me suis rendu compte que le milieu de la communication ne m'offrait pas le développement personnel que je recherchais. Le milieu humanitaire par contre pouvait m'offrir ce développement tout en mettant à profit mon expérience dans le domaine de la communication.
 
Pour quelles raisons avez-vous choisi l’UPEC ?

Je me suis rendu à un salon où étaient présentés les Masters spécialisés en actions humanitaires. Le programme du Master « Action humanitaire internationale & ONG » de la faculté administration et échanges internationaux de l'UPEC était celui qui correspondait le mieux à mes attentes. J'ai demandé conseils à des professionnels du secteur qui ont confirmé que le programme de l'UPEC était riche et très intéressant.
 
Concrètement, comment s’est organisée votre formation ?

J'ai fait les Masters 1 et 2 et dans les deux cas, la charge de travail était considérable. En master 2, les enseignements se sont véritablement spécialisés. Le cursus était très complet : stages, semaine d'intégration, cours d'anglais... Ce fut une année intense mais très intéressante.
 
Quel(s) souvenir(s) a le plus marqué votre scolarité ?

Je me souviens de nombreuses séances de travail qui se prolongeaient tard le soir. J’étais tellement stimulée que je ne ressentais pas la fatigue. Je suis convaincue d’avoir fait le bon choix, et d’avoir trouvé « le métier » qui me convient. Il était également bien agréable de retrouver un statut d’étudiant après tant d’années dans le monde du travail. Quitter le rythme souvent monotone que je connaissais pour celui plus excitant du monde des échanges m’a fait du bien. Je me suis autorisée des idées parfois utopiques, j’ai rêvé à nouveau…

Quel bilan faites-vous aujourd’hui de cette expérience ? Comment avez-vous mis à profit ces nouveaux acquis ?

Ma vie professionnelle a considérablement changé et elle est aujourd’hui mieux adaptée à ma vie familiale. Elle me permet d’atteindre un vrai épanouissement personnel. Avant j'avais une sensation d’immobilité dans mon travail ; ce nouveau métier m'a fait bouger dans tous les sens du terme, il m’a ouvert l'esprit !