• International,
  • Pédagogie,
  • Solidarité,

L’UPEC lance la 5e édition du programme Passerelle vers l'université

Publié le 1 mars 2021

Pour la 5e année consécutive, une vingtaine d’étudiants en exil vont pouvoir bénéficier de cours de français au Delcife et d’une aide à l’insertion dans un cursus d’études supérieures.

Delcife
Delcife

Grâce au programme Passerelle vers l’université de l’UPEC, c’est une centaine d’étudiants réfugiés ou demandeurs d’asile, contraints d’interrompre leurs études dans leur pays, qui ont été accueillis, depuis sa toute première édition en 2016. Ce dispositif comprend deux principaux volets : des cours de français, de culture, de méthodologie, à raison de 20h par semaine, dispensés par les enseignants du Delcife et un suivi personnalisé assuré par le Service Commun Universitaire d’Information et d’Orientation (SCUIO). Les conseils qu’ils reçoivent de ce service leur permettent de mieux se repérer dans le système éducatif français et de choisir les études qu’ils suivront dès l’année suivante en fonction de leurs souhaits, de leur parcours, de leurs compétences.

Une fois que le choix est fait et l’objectif défini, les étudiants suivent un cours à l’UPEC dans la filière et le niveau qu’ils envisagent d’intégrer l’année suivante. Cette démarche leur permet de confirmer leur choix et de découvrir ce qui les attend à l’université. Les étudiants viennent en effet souvent de pays où l’environnement universitaire, l’organisation des cours, les méthodes de travail, les rôles des enseignants et des étudiants peuvent être différents.

A l’issue du programme, les étudiants du dispositif Passerelle vers l’université auront validé le niveau B2, niveau généralement requis pour suivre des études à l’université en France. Ils auront en outre acquis les compétences linguistiques et culturelles nécessaires pour suivre une formation dans l’enseignement supérieur.

De beaux projets ont ainsi pu être facilités, comme celui de Nour, "ancienne" du programme Passerelle vers l’université, ou, cette année, celui d’Esma, étudiante turque, aujourd’hui en 1ère année de droit, celui de Mortaza, étudiant afghan en M1 Administration Économique et Sociale, celui de Filmon, étudiant érythréen en informatique dont l’objectif est de devenir développeur web.

Structures d’encadrement du programme

Avec le dispositif Passerelle vers l’université, l’UPEC fait partie du réseau Migrants dans l’Enseignement Supérieur. Fondé en 2017 avec le soutien de la Conférence des Présidents d'Université (CPU), le réseau regroupe des établissements d’enseignement supérieur et des associations engagées dans l’insertion des étudiants exilés en France. Ces actions sont soutenues financièrement par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) avec la participation de plusieurs partenaires publics et privés. Cette année, 48 établissements en France, dont 10 en région parisienne, ont pu mettre en place ces programmes spécifiques.

En 2019, 1600 étudiants exilés ont ainsi intégré l’université française grâce à ces dispositifs. Le programme est soutenu par plusieurs acteurs de l’UPEC, qui est engagée financièrement et humainement pour la réussite du dispositif :
 
  • Le Delcife encadre l’enseignement du Français Langue Étrangère et prend en charge une partie du coût du programme
  • Le Service Commun Universitaire d’Information et d’Orientation (SCUIO) conseille les étudiants dans leur projet d’études
  • La Direction des Relations Internationales (DRI) et le Pôle Langues de l’UPEC proposent aux étudiants des dispositifs en langue française : tandems bilingues et ateliers de conversation
  • Les composantes et UFR accueillent les étudiants dans les cours disciplinaires
  • L’UPEC s’est engagée en acceptant d’exonérer les étudiants des frais d’inscription
Le succès du dispositif Passerelle vers l’Université repose en grande partie sur l’accompagnement des étudiants exilés, soutien indispensable à leur intégration à l’université. Grâce à l’aide des équipes enseignantes et administratives, les étudiants du dispositif s’insèrent progressivement dans la vie universitaire et réalisent leur projet d’études. Des propositions de collaboration avec des associations étudiantes sont également les bienvenues.
 

Le programme Passerelle en quelques chiffres 

  • Plus de 100 étudiants bénéficiaires depuis 2016
  • 18 nationalités différentes (parmi les plus représentées figurent la Turquie, la Syrie, le Soudan, l’Iran, l’Egypte et l’Afghanistan)
  • 50% d’hommes, 50% de femmes
Rédactrices : Edna Castello et  Vera Delorme, responsables du dispositif Passerelle vers l’Université