• Vie de l'établissement,
  • Santé,

Coronavirus - L’UPEC se mobilise pour les hôpitaux

Publié le 6 avril 2020

De nombreux hôpitaux utilisent les masques de snorkeling de Decathlon pour en faire des masques respiratoires. L'UPEC se mobilise pour fabriquer, pour l’hôpital Henri Mondor et le Centre intercommunal de Créteil, des valves synthétiques permettant d’aider des patients atteints du coronavirus à mieux respirer.

UPEC- valves synthétiques permettant d’aider des patients atteints du coronavirus à mieux respirer.
UPEC- valves synthétiques permettant d’aider des patients atteints du coronavirus à mieux respirer.

Face au coronavirus COVID-19, plusieurs hôpitaux ont de plus en plus de besoin de masques respiratoires et ont eu l’idée d’utiliser ces masques de plongée, modifiés, pour un usage médical. Le lundi 30 mars, l’hôpital Henri-Mondor a utilisé pour la première fois un masque Decathlon, modifié grâce à un raccord spécifique imprimé en 3D, au bloc opératoire pour une ventilation non invasive. L’objectif : diminuer le recours à l’intubation chez les patients en détresse respiratoire.

L'UPEC se mobilise pour l'impression de ces valves.

Concrètement, il faut remplacer la partie tuba par une valve spécifique imprimée en 3D permettant une protection et une régulation de l’air pour faire du masque de plongée de la marque de sport française un matériel médical.
Depuis plusieurs jours, des équipes de différentes composantes de l’UPEC sont mobilisées pour fabriquer des valves synthétiques permettant d’aider des patients atteints du coronavirus à mieux respirer. Ces valves sont fabriquées par impression 3D à la Faculté de Santé et remises directement aux médecins de l'hôpital Henri Mondor et du Centre hospitalier intercommunal de Créteil (CHIC).
D’autres moyens (blouses, sur-blouses, charlottes, écouvillons, masques, lunettes de protection, pipettes, sur-chaussures) de l’UPEC sont mis à disposition pour aider les soignants dans leur travail quotidien.
 

UPEC-Valves pour masques