• Recherche,

L’activité physique, un projet pour retrouver nos repères après le confinement

Publié le 31 mai 2021

Un article d'Alice Bellicha, Enseignante et chercheure en STAPS (activité physique pour la santé), Université Paris-Est Créteil.

The conversation -  © Spikeball / Unsplash, CC BY-SA
The conversation - © Spikeball / Unsplash, CC BY-SA
Date(s)

le 27 mai 2021

Le confinement a bien sûr été une nécessité pour lutter contre la pandémie de Covid-19, mais il a aussi été pour chacun d’entre nous une source de contraintes et de tension psychique. Confinés, nous avons perdu nos repères. Il nous faut à présent les retrouver et la pratique de l’activité physique peut nous y aider.

Le confinement nous a mis face à notre vulnérabilité, à la privation de liberté, à un sentiment de solitude, parfois à la perte de son emploi. Si certaines personnes ont réussi à en profiter pour prendre du temps pour eux, se poser des questions sur leur vie, changer leurs habitudes, éprouver les bienfaits de l’activité physique, beaucoup d’entre nous ont mal vécu le confinement qui a eu des conséquences négatives sur notre santé physique et mentale. Les chiffres publiés par Santé publique France le montrent bien : diminution de l’activité physique, augmentation du grignotage, augmentation de la consommation d’alcool et de tabac, prise de poids, troubles du sommeil, état dépressif…

Déconfinés, nous sommes à présent libres de nos mouvements et de nos déplacements. C’est le moment de saisir cette liberté qui nous est offerte de pratiquer une activité physique pour retrouver nos repères, notre santé et nos liens avec les autres.

L’activité physique pour prendre soin de soi

Notre santé est bien souvent notre première motivation à pratiquer une activité physique. Ses bénéfices ne sont plus à démontrer : augmentation de l’espérance de vie, prévention et contrôle des maladies cardiométaboliques, prévention de l’apparition et de la récidive de certains cancers, prévention du déclin cognitif lié au vieillissement, maintien de l’autonomie… Pour atteindre ces bénéfices, il n’est pas nécessaire d’être un sportif aguerri, mais une pratique régulière d’activité physique d’intensité modérée est recommandée.

Les bénéfices sur notre moral sont un peu moins connus, bien qu’ils fassent l’objet de nombreuses études. Le circuit de la récompense s’active après une activité physique, notamment par la sécrétion de dopamine, qui nous procure un plaisir instantané.

Cet effet apparaît dès la première séance d’activité physique, mais il se renforce avec le temps : après quelques semaines, nous prenons ainsi plus de plaisir à pratiquer l’activité physique.

L’activité physique procure également une sensation de bien-être, de calme, et réduit l’anxiété. Cet effet est bien connu des joggeurs qui lui ont attribué le nom de « runner’s high », que l’on pourrait traduire par « euphorie du joggeur ». Mais la course à pied n’est pas la seule activité physique pouvant procurer cette sensation de calme : la marche, le vélo ou toute autre activité physique d’endurance d’intensité modérée (qui nécessite un effort sans provoquer d’essoufflement) pratiquée pendant au moins 20 à 30 minutes suffit.

L’activité physique contribue ainsi à prévenir et à réduire les symptômes dépressif et anxieux.

L’activité physique pour renforcer nos liens avec les autres

En plus d’améliorer notre moral, l’activité physique renforce nos interactions sociales. En voici un exemple : les jours où ils font de l’activité physique ensemble, les époux sont plus satisfaits de leur mariage, vivent plus d’événements positifs (apporter de l’aide et du réconfort, partager des loisirs, se sentir aimé) et moins d’événements négatifs (dispute, manque de temps pour l’autre, promesse non tenue…). Des activités comme la marche, la danse ou le yoga nous permettent de synchroniser nos mouvements avec les autres, ce qui entraîne des bénéfices insoupçonnés : cohésion au sein du groupe, attention aux autres, sensibilité à ce qu’éprouvent les autres. Ainsi, après une activité physique seul·e ou en groupe, nous sommes plus enclins à coopérer, faire confiance, interagir.

Renforcer nos liens aux autres serait une solution très efficace pour améliorer notre santé. De nombreuses études montrent en effet que l’appartenance à un groupe (et a fortiori à plusieurs groupes) augmente l’espérance de vie, améliore les symptômes dépressifs, réduit le déclin cognitif. Ainsi, une personne recevant un soutien social de qualité bénéficie d’une amélioration de l’estime de soi, de sa capacité d’adaptation face aux situations difficiles, de son bien-être mental et de sa santé physique.

L’activité physique pour réduire l’anxiété

Sébastien Bohler, docteur en neurosciences français, dans son dernier livre insiste sur les bienfaits du rituel en période d’incertitude.

Notre cerveau aime la répétition et redoute l’inconnu, et l’incertitude de la pandémie le met à rude épreuve. Le rituel est utilisé par les soignants pour aider les personnes souffrant de difficultés psychologiques. En effet, le rituel tente de remédier à l’inconnu en mettant de l’ordre dans l’environnement pour créer un cadre fixe, stable et prédictible. En d’autres termes, le rituel agit comme un calmant cérébral. C’est ainsi que la pratique ritualisée de l’activité physique nous fait du bien.

L’activité physique, un mode de vie adopté par les centenaires

Comment vit-on dans les régions du monde où se trouvent le plus grand nombre de centenaires ? se demande Dan Buettner, explorateur, journaliste et acteur de santé publique aux États-Unis. Il a réuni les quelques critères communs suivants : bouger naturellement, ne pas manger à satiété, s’octroyer un petit verre, avoir un objectif de vie, ralentir le rythme, garder le contact avec la nature, développer le sens de la famille et des relations de qualité accompagnées du sentiment d’appartenance.

En résumé, voici quelques conseils à retenir pour pratiquer une activité physique renforçant votre santé, votre moral et vos liens aux autres

  • Profitez du beau temps pour sortir marcher, seul ou avec des proches, en vous concentrant sur le moment présent.
  • Si vous le pouvez, pratiquez une activité physique dans la nature (parc, allée boisée…).
  • Inscrivez les rituels dans votre agenda quotidien : programmez à l’avance vos séances d’activité physique, téléchargez votre podcast préféré pour l’écouter en marchant, appelez vos amis pendant la pause au cours de votre promenade…
  • Adhérez à un groupe d’activité physique en ligne ou dans un club.
  • Fixez-vous des objectifs ambitieux, mais réalistes et progressifs, et appuyez-vous sur les nouvelles technologies pour noter vos progrès.
  • Encouragez-vous en vous offrant des satisfecit et de petites récompenses.The Conversation

Alice Bellicha, Enseignante et chercheure en STAPS (activité physique pour la santé), Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.