Vous êtes ici : Langue FREtudiant.eStages - Emplois

  • Entrepreneuriat,
  • Insertion professionnelle,

Nature knows no borders : instaurer la paix entre Israël et la Palestine grâce à l’économie circulaire

Publié le 1 septembre 2017

Le projet Nature knows no borders est l’un des treize projets lauréats de la bourse BNP Paribas 2017. Il est porté par trois étudiantes et un étudiant internationaux en Master 2 Development Economics and International Project Management à la Faculté de sciences économiques et de gestion de l’UPEC. Zoom sur un projet d’envergure.

Le manque de ressources en eau alimente le conflit israélo-palestinien
Quatre étudiants internationaux ; Sri-lankais, Indien, Vietnamien et Colombien, se sont unis pour monter le projet Nature knows no borders. Dulika Rathnayake, Nirosha Varghese, Phuong Nguyen et Alex Linares Bautista ont travaillé ensemble pour trouver une solution au manque de ressources en eau qui alimente le conflit israélo-palestinien. Les quatre lauréats expliquent que « le conflit lié à l’eau fait obstacle au progrès et à la construction de la paix dans la région Israélo-palestinienne. De ce fait, pour instaurer la paix, il est crucial d’apaiser les conflits transfrontaliers et réduire le gaspillage de l’eau. Il est donc nécessaire de promouvoir l’économie circulaire ».

Le projet "Nature knows no borders"
Mené en partenariat avec l’Arava Institute for Environmental Studies et le master « Conflict Resolution and Mediation » de l’université de Tel Aviv, Nature knows no borders se concentre sur le village de Ketura, dans le sud de la région Arava en Israël. Cette zone est l’une des plus sèches du monde. Mais la réflexion menée par les étudiants s’étend également à d’autres territoires. En effet, « l’objectif de ce projet est d’améliorer l’échange de connaissances pour faciliter l’adaptation de la gestion de l’eau aux frontières et participer à la résilience sociale et écologique à travers le monde ».
Des analyses préliminaires ont montré que les communautés des régions rurales en Israël et en Cisjordanie n’avaient pas les ressources nécessaires pour traiter les eaux grises ni pour réutiliser les eaux usées afin d’irriguer cette région désertique. Le projet se divise alors en trois points :
• mener une mission de terrain à Ketura pour apprendre à connaître les structures sociales, légales et politiques qui mènent des actions transfrontalières ;
• établir un rapport proposant des directives et des outils pour tous ;
• prendre part aux débats organisés à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau 2017. La thématique ? « Les eaux usées ». Cela sera fait en partenariat avec des étudiants de Ketura.

Le travail d’équipe, un atout de taille dans le projet
Le projet Nature knows no borders est l’un des rares projets mené en équipe. Les membres de cette équipe viennent de pays différents : Inde, Colombie, Sri Lanka, Viêt-Nam. « Nous pensons que la dynamique de groupe est véritablement ce qui nous a permis de mener à bien notre projet. Lorsqu’on travaille sur des sujets délicats, nous devons avoir de la volonté, une vision large et se garder de tout jugement. Cette équipe est constituée de personnes venant de pays et de milieux sociaux différents et cela nous a permis de faire un lien avec les problèmes que nous rencontrons dans nos pays respectifs et ce que nous pouvons faire pour y remédier » a affirmé Dulika Rathnayake.

Grâce à la bourse BNP Paribas
, les étudiants vont mettre en place les workshops, communiquer sur le projet en diffusant des brochures en format papier ou numérique et financer une partie du voyage vers les centres de traitement des eaux usées.

La bourse BNP Paribas pour l’insertion professionnelle

Dans le cadre du partenariat entre l’UPEC et BNP Paribas, le Groupe BNP Paribas attribue chaque année des bourses visant à aider les étudiants à s’insérer dans le monde professionnel. Cette année, 13 bourses de 1500€ chacune ont été remises le jeudi 2 mars 2017 pour récompenser leurs projets professionnels. Les étudiants candidats au concours devaient décrire leur projet et montrer en quoi cette bourse pouvait les aider à le concrétiser.
Partenaires :