Vous êtes ici : Langue FRVie de campusA vous la parole

  • Vie étudiante,

Jeunes diplômés et vieux endettés

Publié le 29 mars 2016

L'envolée des prêts étudiants dans les pays anglo-saxons est synonyme de fardeau pour les jeunes diplômés. Elle risque à terme de toucher l’économie mondiale.

Jeune diplômés et vieux endettés - A vous la parole
Jeune diplômés et vieux endettés - A vous la parole
Huit années avant d'occuper la fonction de Président des Etats-Unis, Barack Obama finit de rembourser son prêt étudiant. Il a alors 43 ans. Ce remboursement à long terme des études est devenu commun dans tout le pays. Il s'agit là d'un problème majeur auquel font face les Etats-Unis ainsi que la Grande Bretagne en ce moment même : les étudiants empruntent des sommes importantes, sur la durée, pour financer leurs études. Après la crise des subprimes en 2008, l'endettement des étudiants semble être la prochaine cause d'une crise internationale majeure !

Ce phénomène s'explique par la hausse accrue de 30 à 40%, aux Etats-Unis, des frais de scolarité des universités (aussi bien dans le secteur privé que public). Les bourses ont diminué et les taux d’intérêt ont doublé ! La dette étudiante s'élève désormais à près de 1 000 milliards de dollars. Trois quarts des étudiants américains sont obligés de souscrire un prêt et d’emprunter environ 25 000 dollars (soit 22 000 euros) pour toute la durée de leur scolarité. En Grande-Bretagne, la situation prend la même tournure. Alors que vingt ans auparavant, les frais de scolarité étaient gratuits, aujourd'hui ils avoisinent les 9 000 livres (soit 12 000 euros) par an depuis la réforme instituée en 2012.

Des conséquences sur le long terme

La société toute entière est touchée par la situation. En effet, le fardeau de la dette des prêts étudiants empêche ces jeunes de souscrire de nouveaux prêts, au détriment de nouveaux investissements. De plus, l’ascenseur social semble être bloqué. Si les classes aisées ont les moyens de mettre leurs enfants dans des écoles prestigieuses, il n'en va pas de même pour les classes plus modestes. Enfin, les défauts de paiement sont un risque réel. Ils constituent pour le système financier une menace grave et permanente. L'Institute for Fiscal Studies au Royaume-Uni, estime que plus de 70% des étudiants anglais n'arriveront pas à rembourser leur dette. Cette bulle financière pourrait bel et bien éclater à tout moment.

Barack Obama cherche des solutions pour en venir à bout. En 2014, il lance le programme "pay as you earn" (rembourser en fonction de ce que vous gagnez) qui permet aux jeunes diplômés de plafonner à 10% de leur revenu mensuel les remboursements de leur prêt. Cela sera-t-il suffisant pour soulager les étudiants du coût des études ?

Alix Berteloot
L1 Droit
inscrite à l'option transversale "Journalisme et communication"