Vous êtes ici : Langue FRUniversitéPolitique d'établissement

  • Recherche,

Francophonies et Plurilinguismes

Publié le 25 juillet 2019 Mis à jour le 17 octobre 2019
La prémisse sur laquelle repose cette EUR est le fait que le français est de facto une langue internationale, un bien commun et un héritage non seulement de la France et de ses voisins, mais aussi d'un grand nombre d'anciennes colonies ou avant-postes de l’influence française à l'étranger. Comparées aux autres situations de plurilinguisme, les francophonies plurielles offrent donc un prisme pour explorer la politique de la langue, en résonance avec la géopolitique du pouvoir et les questions biopolitiques, cruciales pour l'Europe d'aujourd'hui – les phénomènes de migration, comme la montée des nationalismes.

Ce qui est en jeu, ce n'est rien moins que la relation de notre université à son territoire, un creuset diversifié à la périphérie d'une ville-monde, et la façon dont elle peut participer à la dynamique locale d'éducation, tout en contribuant au dialogue scientifique mondial sur les politiques linguistiques, les relations Nord-Sud et les inégalités héritées du passé colonial.

Le pari que nous faisons se fonde sur des bases solides, à savoir des décennies d'excellence en études francophones, qui ont fait de notre université le centre d'un important réseau international de recherche de haut niveau et d’échanges intensifs au niveau du doctorat et du master, grâce à des diplômes conjoints et des cotutelles de thèse.

L'EUR vise à développer cet atout grâce à une dynamique interdisciplinaire émergente, désormais axe stratégique de l'UPEC, "Transformations, inégalités, résistances", qui a permis des coopérations sans précédent entre spécialistes de littérature, linguistique, langues étrangères, géographie, histoire, philosophie, droit, économie, sciences politiques et sociologie, tous concernés par les questions de pouvoir en régime de globalisation, tous impliqués localement pour prendre en compte les besoins éducatifs des étudiants. Nous parions également sur le fait que faciliter la mobilité internationale des étudiants prometteurs du Sud est un bon investissement de nos ressources.

Notre objectif est d'offrir aux étudiants des occasions uniques d'acquérir des compétences critiques et heuristiques dès la licence et de développer un intérêt pour la recherche interdisciplinaire en menant leurs propres projets. Les programmes d'étude individualisés comprendront des stages en laboratoires ou à l'étranger. Nous nous appuyons sur les partenariats existants avec des institutions de la région parisienne, des instituts de recherche français à l'étranger et des universités étrangères dans les Amériques, en Afrique et en Asie, pour établir un solide réseau de recherche et d'enseignement dont bénéficieront nos étudiants.

Notre objectif ne se limite pas aux retombées scientifiques d'une telle fertilisation croisée, aussi riches soient-elles. Nous visons également, en formant des étudiants de master et des doctorants à une compréhension aiguisée des politiques linguistiques et des contextes géopolitiques, à les rendre attentifs à l'intersectionnalité et aux multiples formes de domination qu'ils sont susceptibles de rencontrer dans leurs expériences professionnelles, que ce soit dans le monde universitaire, l'enseignement, les organisations internationales, les collectivités territoriales, les ONG ou les associations.

Nous croyons que la formation que nous dispenserons inculquera une éthique des relations internationales, qui semble essentielle au partage de la francophonie comme bien commun et à la décolonisation des imaginaires.

Notre démarche est soutenue par un large consortium de partenaires, situés à Paris comme le Musée du Quai Branly ou l'INALCO (Institut National des Langues et Cultures Orientales), ou de rayonnement international comme l'AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) ou l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement). Tous contribueront à l’offre de formation et offriront à nos étudiants des opportunités de stage et des perspectives professionnelles.

Financement : 5.95 M€