Vous êtes ici : Langue FRUniversitéActualités

  • Vie de l'établissement,
  • Politique d'établissement,

Cérémonie des voeux 2019 : Discours de Jean-Luc Dubois-Randé

Publié le 25 janvier 2019

La cérémonie des vœux 2019 de l'UPEC, suivie de la soirée des personnels, s'est tenue le jeudi 24 janvier sur le Campus André Boulle à Créteil. Le Président Jean-Luc Dubois-Randé a adressé ses vœux à la communauté universitaire et à l’ensemble des partenaires institutionnels et économiques.

discours-president-2019
discours-president-2019
Madame la sénatrice ;
Monsieur le président du conseil départemental ;
Monsieur le maire de Créteil ;
Monsieur le recteur de l’académie de Créteil ;
Monsieur le sous-préfet ;
Mesdames et messieurs les représentants des collectivités territoriales ;
Mesdames et messieurs les présidents et représentants des universités, organismes, écoles et entreprises qui sont nos partenaires et font vivre notre université ;
Mesdames et messieurs les directrices et directeurs de composante ; Mesdames et messieurs les directrices et directeurs de laboratoire ;
Mesdames et messieurs les élus des conseils, mesdames messieurs les directrices et directeurs des services centraux et communs, mesdames messieurs les responsables des organisations syndicales et des organisations étudiantes, mesdames et messieurs les personnels de l’université, chers collègues, chers amis,

Si 2018 a été une année de questionnements pour notre université, 2018 s’est achevée sur une note optimiste et dynamique, sa gouvernance a été renouvelée et une équipe unie est au travail depuis septembre. Je remercie à cette occasion Françoise Moulin-Civil d’avoir assuré l’administration provisoire en 2018 dans des conditions difficiles et stabilisé les fondamentaux de notre université pendant de longs mois d’incertitude.

La page est tournée, 2019 est l’année de mise en place du programme d’établissement avec la vision d’une université fière de sa pluridisciplinarité, ancrée dans un large territoire, dont la diversité est une richesse et une force, une université dynamique, agile dans ses décisions et actions, travaillant en réseau avec d’autres universités, franciliennes, nationales, internationales et de nombreux partenaires.

Le 12 octobre dernier, 130 membres de notre communauté, des collectivités et du monde économique – ont participé à un séminaire sur la mise en œuvre du projet d’établissement. Le projet est ambitieux et politique. L’UPEC a non seulement retrouvé sa place dans le paysage des universités franciliennes mais elle porte la voix d’une université moderne, forte de sa diversité qui lui permet d’aborder les enjeux majeurs de notre société. C’est en cela que tout en respectant notre devise, connaissance et action, nous développerons celle-ci pour anticiper, penser les transformations sociales et environnementales qui touchent non seulement notre territoire mais aussi notre société plurielle et en faire un objet de recherche et de formation. Notre territoire en pleine mutation, riche de sa diversité et de ses flux migratoires est un territoire laboratoire du monde. Le rythme et l’ampleur des changements sont tels qu’on ne peut plus se contenter de modifier à la marge nos pratiques mais bien plutôt les accompagner les reconfigurer par de véritables transformations sociales. Transformation environnementale, transition sociétale et justice sociale sont indissociables.



DE NOMBREUSES ACTIONS ONT DÉJÀ ÉTÉ ENGAGÉES EN 2018


- Une politique d’emploi ambitieuse a été menée, tous les postes devenus vacants ont été republiés et nous avons réactivé des supports de postes statutaires qui avaient été gelés. Merci à la DRH et à son directeur Renaud Sioly pour le travail réalisé.

- Un soutien fort est apporté à la direction de la recherche et de la valorisation. Merci aux VP Recherche, cher Simon Gilbert et Claire Hancock et à tous les assesseurs, Yacine Amirat, en sciences, France Pirenne, en médecine, Hervé Cottin, pour le campus spatial, pour votre énergie. Merci aux équipes de la DRV et à sa directrice, Marie-Hélène Noël pour leur travail. Merci à nos composantes et à nos 32 laboratoires pour leur dynamisme pour que notre université soit reconnue comme une université de recherche. Nous soutenons les équipes par des appels d’offres internes mais aussi sous forme d’heures de décharges financées afin qu'elles puissent répondre à tous les projets d’envergure qui jalonnent dorénavant nos vies professionnelles. Des appels d’offres internes ont été lancés en 2018 et d’autres sont en cours d’élaboration dont un appel d’offre investissement conséquent. L’année 2019 sera l’année des visites du HCERES. Nous souhaitons courage et pleine réussite aux équipes fortement mobilisées ; nous serons présents et en soutien à vos côtés.
Je remercie ici les organismes partenaires dans nos UMR, CNRS, INSERM, INRA et tous les autres ; nos partenaires universitaires et particulièrement l’UPEM et les membres de la ComUE UPE, je salue ici Gilles Roussel, et Philippe Tchamitchian, présidents d’UPEM et d’UPE, Alexandre Maitrot de la Motte, premier VP de la ComUE ; les écoles et en particulier l’Ecole vétérinaire de Maisons Alfort avec laquelle nous avons des liens forts, l’ESIEE, avec laquelle nous avons un partenariat fidèle depuis de nombreuses années, l’ENPC avec qui nous partageons également recherche et formations.

- Nous avons mis en place une cellule « Parcoursup » dès début septembre pour répondre aux besoins des étudiants et prendre en compte les difficultés des composantes. Merci à Sabine Cornudet qui coordonne cette cellule. Ces éléments ont permis de faire un premier bilan de cette campagne d’inscriptions, en lien avec le rectorat. Des dotations complémentaires ont été notifiées. Elles correspondent au nombre d’étudiants supplémentaires par rapport aux capacités d’accueil fixées par le rectorat, qui ont été rediscutées, et elles permettent de soutenir les composantes. Le travail autour de la nouvelle offre de formation pour le contrat 2020-2024 a commencé et se poursuivra au premier semestre 2019. Merci aux équipes de la formation et de la vie universitaire, à la directrice de la DEVE, Ourda Harir, à la VP CFVU, Josette Cadusseau que je remercie très chaleureusement pour son travail aux services de chantiers majeurs.
Je remercie aussi les équipes du rectorat, Daniel Auverlot le recteur de notre académie qui a su rassembler l’ensemble des acteurs, du secondaire à l’Enseignement supérieur, pour répondre aux demandes des lycéens et des étudiants souvent déroutés par les réformes. L’UPEC a été accompagnée et a reçu des financements conséquents, merci à ses équipes, cher Christian Cuesta, chère Patricia Bloch pour votre efficacité.

- Nous affichons notre soutien au développement de nos ressources propres par la formation en apprentissage et à la formation continue, au service des missions de notre université. Nous équilibrons ainsi notre budget global qui a été voté quasi à l’unanimité le 11 janvier et dégageons des marges de manœuvre pour étendre encore notre activité. Merci à Claude Pasquier pour sa rigueur et ses qualités pédagogiques, merci à Philippe Verscheure pour son exactitude souriante. Cela implique une politique de ressources humaines appropriée. Un groupe de travail dédié à l’emploi sur ressources propres, en plus des emplois statuaires, a démarré ses travaux. Merci à l’ensemble des acteurs impliqués, à l’équipe, Sylvie Ciabrini tout particulièrement et bien entendu à tous les participants aux groupes de travail, BIATSS, enseignants-chercheurs, enseignants, chercheurs.

- Le renforcement de la coopération avec les partenaires socio-économiques et les collectivités territoriales est une priorité de notre politique : nous avons créé un Comité stratégique et partenarial (COSP) qui dynamisera ces synergies. Merci à Mustapha Zidi, VP stratégie pour son implication sur ce dossier et à l’équipe stratégie (SAPAS) mise en place, chère Clémence Gros, pour votre énergie. Je salue ici tous nos partenaires, collectivités territoriales : communes, merci aux maires et tout particulièrement à Laurent Cathala, maire de Créteil, fidèle à nos côtés; aux départements, merci à Christian Favier et à Jeannick Le Lagadec pour le Val-de-Marne, à Patrick Septier pour la Seine-et-Marne, à François Durovray pour l’Essonne et à Stéphane Troussel pour la Seine-Saint-Denis ; à la région, merci à sa présidente Valérie Pécresse et à sa conseillère Faten Hidri présente immédiatement à nos côtés pour la Maison des Sciences de l’Environnement dernièrement, merci à la métropole du Grand Paris : tout particulièrement à Grand Paris Sud Est Avenir, Grand Orly Seine Bièvre, à la communauté d’agglomération Grand Paris Sud ; aux agences : ANSES, Santé publique, ANSM, aux CFA et tout particulièrement le CFA SUP2000 ; à toutes les entreprises partenaires et celles à venir que nous souhaitons nombreuses pour leur soutien.
Ce comité sera le lieu d’échanges d’idées mais surtout un lieu stratégique pour coordonner nos actions. Notre volonté est une collaboration forte avec nos partenaires tant sur les sujets de la formation que de la recherche. Notre université sera innovante, présente et active dans un rapport entre instances académiques et « écosystème économique » que nous souhaitons renouveler.
Nous avons remis en place la conférence des territoires, très importante pour nous et qui sera préparée et animée par Guillaume Poiret, VP patrimoine et développement durable que je salue ici. Le thème de la prochaine conférence sera la recherche et l’innovation.

- Un soutien accentué à l’entrepreneuriat étudiant est affiché : depuis cet été, l’UPEC fait partie du réseau CPU Entrepreneuriat, elle participe au dispositif PEPITE (pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat) et aux événements organisés avec les partenaires du territoire pour l’entrepreneuriat. Des étudiants entrepreneurs de l’UPEC ont été primés. Nous développerons cette politique en lien avec la MIEE.

- Pour diversifier nos ressources et consolider nos partenariats, le principe de la création d’une fondation a été adopté à l’unanimité en CA. Les modalités de création d’une fondation seront analysées afin d’effectuer les choix les plus stratégiques.
De manière plus globale, un groupe de travail, associant équipe politique, représentants des élus, directions des composantes et des services, aura à faire des propositions avant la fin du semestre pour réformer notre modèle économique. Merci à Lamine Namane de porter ce dossier stratégique et technique.

- Pour que notre université soit plus inclusive, un groupe de travail « HanVie-Cap » a été constitué, autour de chantiers allant de l’accueil des étudiants et personnels en situation de handicap, à l’amélioration des conditions d’études et de travail, la pratique sportive, le développement des actions culturelles.
Plusieurs actions sont menées, ambitieuses dont la mise en place d’un institut du handicap, la chaire Autonomie-Handicap, merci à Karine Gros pour son implication mais aussi aux composantes ESPE et SESS-STAPS, cher Dominique Argoud et au LIRTES, cher Cédric Frétigné, pour une réflexion plus large sur ce projet, ainsi qu’à l’institut santé travail dont Gérard Lasfargues est notre correspondant privilégié ; les actions Handisport ; le NCU Aspie friendly salué lors de la signature en novembre avec les partenaires par la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel. Merci à l’ensemble des acteurs, tout particulièrement Franck Monmasson qui coordonne ce groupe.



NOTRE PROJET D’ÉTABLISSEMENT EST PORTEUR D’AVENIR


L’année 2019 sera marquée par la finalisation du projet d’établissement de l’UPEC pour les années à venir. Le calendrier est court car tout doit être mis en place, discuté largement par notre communauté et voté par les conseils avant l’été prochain. Riche de notre pluridisciplinarité et de nos perspectives interdisciplinaires, nous devons affirmer une identité forte en formation et en recherche.

Des chantiers majeurs seront menés en 2019 pour engager notre établissement dans une dynamique de transformation :

- Le premier semestre 2019 sera marqué par l’élaboration du dossier d’accréditation de la nouvelle offre de formation de l’UPEC pour la période 2020/2024. L’ensemble du dossier sera déposé auprès du HCERES au début du mois de juin 2019. La conception et la préparation de cette nouvelle offre de formation, sa mise œuvre pour la rentrée 2020/2021, constituent une étape déterminante pour la transformation de notre université. Des « champs de formation » rassembleront par grands domaines et de manière cohérente l’ensemble de nos formations. Des axes stratégiques, transversaux à ces différents champs, définiront la signature de l'UPEC. Le développement de l’individualisation des parcours de formation est une évolution générale attendue par nos tutelles. L’apport spécifique de l’UPEC sera d’accompagner les étudiants dans ce processus d’autonomisation. Apprendre en situations, en impliquant les étudiants, dans un contexte où les outils numériques sont de plus en plus présents, sera un fil rouge de la conception et du développement de formations variées.
La mise en place du nouveau cursus universitaire PULSE sera intégrée à la conception de la nouvelle offre de formation. Les formations et composantes volontaires en assureront le déploiement progressif. Je remercie tout particulièrement Christophe Morin, chargé de mission PULSE, infatigable, qui porte le projet avec la DEVE. Je remercie les équipes du SAPUN et tout particulièrement Magali Vergnes, pour leur action au service de l’innovation pédagogique.

Ancrée dans le territoire du Grand Paris, notre université dispose des capacités d’actions pour répondre aux nouveaux appels à projets du Programme d’Investissement d’avenir de l’Etat. L’UPEC déposera ainsi trois dossiers pour la seconde vague de l’appel à projets « Ecoles Universitaires de Recherche » en mars 2019, dans une grande cohérence avec nos axes stratégiques et nos choix politiques. Il s’agit d’un projet intitulé -1- Justice sociale et transformation environnementale, merci à Patrick Savidan de porter ce beau dossier si important pour notre université et merci à la directrice de LLSH, chère Anne-Lise Humain-Lamoure, pour le soutien à ces projets qui mettent les SHS au cœur des problématiques. -2- Vulnérabilités et trajectoire en santé, merci à France Pirenne de s’être lancée dans l’aventure -3- Francophonies et multilinguisme, merci à Yolaine Parisot d’en porter les couleurs. Merci à tous les directeurs de composantes pour leur soutien à ces projets et aux directeurs de laboratoires qui ont immédiatement répondu présents. Je ne pourrais citer tout le monde tant il y en a, autant en SHS qu’en sciences dures. L’UPEC participera aussi à une EUR « Campus spatial », dans le cadre de l’appel d’offre SFRI associé à l’Observatoire de Paris et dont Hervé Cottin tient le flambeau avec son équipe pour notre université. Merci au LISA, cher Patrice Coll, au LEESU, cher Régis Moilleron et à l’OSU, cher Matthias Beeckmann, pour leur talent au service de notre institution et merci au Doyen de la FST, cher Jacques Moscovici d’accompagner avec succès tous ces projets. J’annonce d’ailleurs la présentation prochaine du Campus spatial auprès de nos partenaires en présence du président du CNES, Jean-Yves Le Gall, qui nous a fait l’honneur d’être dans notre conseil d’administration.
Nous inaugurerons enfin la MSE en présence de la région dans les prochaines semaines.
Ces projets renforceront l’impact et l’attractivité internationale de nos recherches et de nos formations dans des domaines scientifiques stratégiques. Le chantier de l’open science sera mis en œuvre au premier semestre 2019. Je salue ici le rôle important du SCD dans ce dossier et sa directrice, chère Cécile Bajard.

L’UPEC soutient aussi un projet innovant et pluridisciplinaire de « Pôle pilote de formation des enseignants et de recherche pour l’éducation » porté par Denis Alamargot, professeur à l’ESPE que je remercie ici car l’équité est bien au centre du projet, ainsi que sa directrice, chère Brigitte Marin. Partenarial, il comportera une dimension internationale et sera déposé en mai 2019.

- Un projet numérique ambitieux sera développé (structures, formations, métiers) sous l’impulsion du VP numérique dont je salue l’énergie, cher Guillaume Bourlet. Je remercie l’ensemble des équipes de la DSI mise à rude épreuve et Catherine Hennebault en particulier et leur apporte notre soutien.
Nous soutenons également l’émergence d’un institut du numérique sur le site de Chérioux, merci aux équipes impliquées, aux laboratoires dont le LACL dont je salue le directeur, cher Julien Cervelle mais aussi les composantes: FST, FSEG tout particulièrement, les IUT et l’école d’ingénieurs ESIPE de notre université, les directeurs de laboratoires, LISSI, cher Yacine et LAMA, cher Stéphane Sabourau. Une réunion est prévue prochainement avec l’ensemble des acteurs pour discuter de ce projet.

- Nous définirons en 2019 une stratégie internationale ambitieuse et cohérente qui sera présentée dans le projet d’établissement.
En février 2019, un projet d’alliance d’universités européennes sera déposé afin de développer l’internationalisation de la formation et de la recherche à l’UPEC. Il sera centré sur le bassin méditerranéen et s’étendra, au-delà de l’Europe, en Afrique et en Amérique latine. Je remercie les équipes des RI, chère Joana Belo Soares, merci à Laurent Thévenet, à Anastasia Iliopoulou pour leur magnifique travail.

- Notre université sera très présente dans le monde professionnel. Pour porter plus loin une stratégie globale liant dans un continuum apprentissage, formation tout au long de la vie et entreprenariat, la MIEE continuera d’être un point de convergence de projets et d’initiatives ; elle sera aussi un pôle avancé en relations étroites avec les composantes. Je remercie ici tous les acteurs impliqués dans ces actions, équipes de la MIEE et tout particulièrement Nicole Brzustowski, du SCUIO-BAIP, chère Joëlle Faure, la DEVE et le SCEPPE, Ourda Harir, Delphine Adam et Cécile Jahan. Merci à Alexandra d’Anglemont de Tassigny et à Eric Leonel. Je salue aussi les partenaires économiques, collectivités et le CFA SUP 2000 qui nous ont accompagné sur ce beau projet et qui sont à nos côtés.

Dans un contexte de réforme de la formation par apprentissage (loi « choisir son avenir professionnel/alternance »), la coopération avec nos partenaires socio-économiques et de formation, comme les CFA, sera approfondie. Un comité de pilotage pour la formation par apprentissage travaille sur des éléments de diagnostic et de positionnement de l’UPEC comme une force d’excellence, alliant formation et recherche, en synergie avec des partenaires et dans un cadre à concevoir (de type filiale par exemple).

- Un projet de campus des métiers sera développé autour du site du Second degré technologique et professionnel de l'ESPE à Saint-Denis, en lien avec les partenaires universitaires, académiques et territoriaux de Seine-Saint-Denis et au-delà. Il valorisera le potentiel de formation du site, les plateformes à rénover et s'orientera vers de nouveaux métiers.

- Un autre dossier majeur qui nous attend en ce début d’année est de construire une autre ComUE dans le cadre des nouveaux textes sur les rassemblements et l’émergence d’une ComUE expérimentale. Il est indispensable d’afficher et de développer nos liens avec l’université cible et l’ISITE et de renouveler notre ComUE. Les relations sont aujourd’hui apaisées et nous sommes exigeants sur le projet. L’UPEC a une place déterminante dans ce débat, des laboratoires, des formations sont co accrédités, les écoles doctorales restent communes même les inscriptions et la diplomation reviennent aux établissements. Au-delà des EUR, seront déposés d’autres appels d’offres équivalents au sein de l’ISITE, SFRI, pour lesquels l’UPEC doit être force de propositions. Nous pouvons ensemble proposer des projets complémentaires renforçant nos forces universitaires. Nous souhaitons aussi avancer vers des simplifications pour des composantes qui sont partagées sur les deux sites en proposant des composantes unifiées mais à double tutelles mais bien entendu en laissant les composantes faire leurs propositions: l’EUP, merci à Corinne Larue et dorénavant au nouveau directeur de l’EUP, Marcus Zepf, l’IAE, merci à Arnaud Thauvron et au directeur de la FSEG, cher Emmanuel Polonowski, pour ouvrir la discussion. Nous mettrons en place également un institut d’études politiques, je remercie Yves Palau et Jean-David Avenel qui sont en action sur ce beau projet que l’on attend rapidement. Nous renforçons nos liens dans le cadre de l’école d’ingénieurs avec l’ESIEE et je remercie l’ensemble des acteurs, son directeur Jean-Felix Durastanti et aussi les acteurs clés de l’ESIEE, cher Jean Mairesse, présents depuis le début dans cette construction.
Nous souhaitons que notre communauté soit fière de son université, créer l’esprit UPEC sur notre université en archipel sur plusieurs départements, tant pour nos étudiants que l’ensemble des personnels et que des évènements festifs puissent jalonner notre vie de campus.

Dans le cadre de la vie de campus, la mise en place de la commission pour l’usage de la CVEC (contribution à la vie étudiante et de campus) et la définition des premières actions à financer, incluant la santé : relance du dispositif Resus+ notamment en cours, merci à Marie-Lorraine Guisnel et à ses équipes pour leur travail ; le sport, la culture, l’aide sociale et la vie de campus vont faciliter les études et contribuer au bien-être des étudiants sur tous les campus de l’UPEC. Grâce au soutien financier de quatorze projets par le FSDIE, nos étudiants vont pouvoir s’exercer à l’art oratoire, participer à des joutes de sports ludiques, végétaliser la dalle de béton, créer un magazine de philosophie, monter radio campus que j’appelle de mes vœux…
Avec le CT nouvellement élu et les organisations représentatives, le dialogue social sera renforcé au sein de notre université, afin que l’on y travaille et vive mieux. En lien avec les services compétents, des groupes de travail feront des propositions pour simplifier les procédures administratives, dans le respect du cadre légal. Ils instruiront une réflexion sur les dispositifs indemnitaires à l’UPEC.

Notre université sera plus inclusive, active dans la lutte contre les discriminations. Un institut du handicap sera installé sur le site de Chérioux à Vitry. Un campus santé sera mis en place à Melun/Fontainebleau en liaison avec l’IUT Sénart-Fontainebleau. Merci aux directeurs de l’IUT de Sénart, cher Amilcar Bernardino et au doyen de Médecine, cher Pierre Wolkenstein. Les IUT sont par ailleurs renforcés tout particulièrement en RH puisque plusieurs départements seront mis en place dès 2019, et que plus de 40 postes devraient être créés avec réévaluation de notre plafond d’emploi. Je salue ici leurs directeurs, Amilcar Bernardino et Laurent Gadessaud pour leur réactivité. Merci à Antoine Meter d’avoir accepté de coordonner le dossier campus santé en liaison avec les partenaires du 77 et du Grand Paris. Merci aux maires de Sénart, Michel Bisson que je félicite pour son élection comme président de Grand Paris Sud et au maire de Melun, Louis Vogel. Merci au département et à Geneviève Sert pour leur soutien à ce projet et aux nombreux projets que nous avons sur la Seine et Marne.

Des projets immobiliers jalonneront l’année 2019, bien sûr la réfection de notre dalle mais aussi le bâtiment de recherche en biologie sur le campus Mondor en lien avec le Labex VRI et l’IMRB dont je salue le directeur, cher Jorge Boczkowski ; des projets sur Chérioux que nous appelons de nos vœux ; des projets sur Sénart qui devient un campus important de notre université ainsi que pour notre école d’ingénieurs. Merci aux équipes du patrimoine, cher Raphaël Greffe et au VP patrimoine Guillaume Poiret.



NOUS SOUHAITONS UNE METHODE PARTICIPATIVE :
RENCONTRER, CONSULTER, FAIRE PARTICIPER


Au-delà de la constitution de groupes de travail représentatifs de notre diversité sur les sujets essentiels qui permettent d’établir notre projet d’établissement, nous souhaitons soutenir et favoriser les actions collectives et collaboratives, encourager les synergies tant entre les disciplines, qu’entre les services, les composantes et les laboratoires de l’UPEC.
  • L’équipe politique et administrative se rendra régulièrement sur les différents campus de l’université pour rencontrer et échanger avec l’ensemble de notre communauté.
  • Le Conseil d'administration de l'université se tiendra une fois par trimestre sur un campus de l'UPEC, hors du campus centre.
  • Une plateforme participative est en train d’être mise en place afin de permettre à chacun de contribuer et partager ses idées sur les grands chantiers.
  • Nous convoquerons deux fois par an le congrès réunissant l’ensemble des conseils centraux pour présenter et discuter des choix stratégiques, et le premier se réunira avant l’envoi du projet d’établissement au HCERES.
  • Au printemps, un nouveau séminaire analogue à celui d’octobre sera organisé sur le campus de Vitry avec l’ensemble des représentant.e.s de la communauté, pour examiner le projet d’établissement pour le prochain contrat de site et le projet finalisé sera présenté en juin 2019 lors d’un congrès exceptionnel des conseils centraux, ouvert à l’ensemble du personnel.
Ces échanges et ces actions collectives doivent participer à l’engagement de la communauté universitaire dans le projet d’établissement.

La préparation de la célébration du cinquantième anniversaire de l’UPEC en 2020, sera l’occasion de revenir sur nos origines, d’affirmer nos racines et nos valeurs et d’écrire un nouveau chapitre dans l’histoire de l’UPEC. Merci à la direction de la communication et à Bénédicte Ray pour leur travail.

Mesdames, Messieurs, cette ambition, ces projets n’existent que par la richesse des femmes et des hommes qui étudient et travaillent à l’université.

-Nos étudiants dont la diversité est une fierté. Dans ce contexte, nous nous sommes inscrits clairement contre la politique d’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers hors Europe et nous réaffirmons ici notre position et la suspension de cette mesure. Nous prendrons les mesures nécessaires dès que nous aurons connaissance des textes pour y répondre mais nous exonérerons largement le cas échéant.
-Nous souhaitons prendre des mesures pour répondre à la précarité et au-delà à la fragilité de certains de nos étudiants et nous ferons des propositions rapidement. Le drame récent avec la mort d’un de nos étudiants, Benoit, vécu par toute une promotion de la licence professionnelle santé-vieillissement a accéléré nos démarches de prise en charge d’étudiants en grande précarité ainsi que les approches psychologiques souvent indispensables. Merci à Thierry Maquet et à Christine Cardin de leur présence lors de ce drame et de leur humanité.
Grâce aux élus étudiants, de beaux dossiers sont et seront portés et je salue ici le VP étudiant, Lhéo Vincent très présent avec les assesseurs auprès de l’équipe présidentielle pour faire avancer des projets étudiants dont Handisport pour ce semestre et JO 2024 et leur implication dans le développement durable et l’économie sociale et solidaire.
-L’ensemble des personnels administratifs, tant en central qu’en composantes dont le dévouement est confronté trop souvent à des niveaux de salaires discordants. Nous prendrons des mesures en CT pour répondre à une politique indemnitaire trop peu affirmée pour les BIATSS. Je salue aussi le travail formidable des responsables administratifs de nos composantes. Nous réviserons avec eux le modèle de fonctionnement de l’établissement pour plus de subsidiarité afin de donner des marges de manœuvre plus fortes aux composantes, dans le respect du cadre général et dans un esprit de simplification des procédures.
-Merci à nos enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs moteurs de notre université.
-Merci à tous les directeurs de composante, merci à Alain Desrayaud que je n’ai pas encore remercié personnellement pour avoir affronté de grandes difficultés d’effectifs lors de la rentrée 2018.

Je remercie toutes les directrices et directeurs des services administratifs, ceux cités et les autres directions très transversales, la DAJG et son directeur Adrien Levrat, le service hygiène sécurité et leur directrice, Marie-Blandine Peinturier et ses équipes et le DGS, cher Christophe Basquin, pour leur engagement au service d’une université publique.

Merci à l’équipe politique, soumise à un rythme de travail soutenu, Marie-Albane de Suremain, VPCA qui porte avec moi et toute l’équipe le projet politique et conduit sa mise en œuvre concrète, Sylvie Ciabrini, Lamine Namane, Maira Mamede, Laurent Gamet, Josette Cadusseau, Eric Leonel, Christophe Morin, Simon Gilbert, Claire Hancock, Yacine Amirat, Patrick Savidan, France Pirenne, Hervé Cottin, Mustapha Zidi, Alexandra d’Anglemont de Tassigny, Guillaume Poiret, Lolita Rubens, Guillaume Bourlet, Farida Semmak, Laurent Thévenet, Anastasia Iliopoulou, Lheo Vincent, Fantin Lowenstein, Caroline Nguyen, Naila Chaouche, Sabine Cornudet, Franck Monmasson.

Merci au cabinet toujours sur le pont, Sonia Varron, Tom Viala et au directeur de cabinet, cher Julien Giral.

Merci aux présidents de commission, Nicolas Ligneul, Lamine Namane, Romain Boffa prochainement pour la commission disciplinaire. Merci pour leur investissement au service du collectif.

Je remercie enfin l’ensemble des services ayant permis l’organisation de cette cérémonie (vie de campus, direction de la communication, cabinet de la présidence, le CROUS et son directeur Alexandre Aumis).
Mesdames et messieurs, vous pouvez compter sur notre volonté, notre énergie, notre écoute permanente au service, avec vous, de notre belle université et de ses projets d’avenir.

Au nom de toute l’équipe, je vous souhaite à tous une très bonne année 2019 et une excellente soirée.

Jean-Luc Dubois-Randé,
Président de l’Université Paris-Est Créteil