Vous êtes ici : Langue FRUniversitéActualités

  • Vie de l'établissement,

Le CA adopte une motion dénonçant les conditions de rentrée et le manque de moyens

Publié le 20 octobre 2017 Mis à jour le 8 janvier 2018
Date(s)

le 20 octobre 2017

Budget 2018 : Le CA de l’UPEC a adopté une motion alertant le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation sur les conditions de rentrée et le manque de moyens.

Le Conseil d’administration de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC), réuni en sa séance du 20 octobre 2017, a adopté une motion alertant le Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation sur les conditions de rentrée et le manque de moyens humains et financiers qui impactent la capacité de l’Université à remplir sa mission de service public.

Le Conseil d’administration a débattu des orientations budgétaires 2018 dans un contexte de rentrée difficile pour les étudiants et les personnels de l’Université.
Le manque de moyens humains, financiers et de locaux altère la capacité de l’UPEC à assurer ses missions de service public dans de bonnes conditions.

Sur proposition du président Olivier Montagne, les administrateurs ont adopté à l’unanimité moins une abstention la motion suivante :

« Lors de sa séance du 20 octobre 2017, le Conseil d’Administration de l’Université Paris-Est Créteil constate des conditions de rentrée particulièrement dégradées, malgré l’implication exemplaire de l’ensemble de ses personnels pleinement mobilisés.
Le manque de moyens humains, financiers et de locaux, affecte gravement les conditions d’études et de sécurité des étudiants comme les conditions de travail des personnels, et altère la capacité de l’UPEC à assurer sa mission de service public telle qu’elle lui est confiée par le Ministère. Dans ce contexte de hausse massive des effectifs et sans dotation supplémentaire de l’Etat pour y faire face, l’Université n’est à ce jour pas en mesure de présenter un budget conciliant maintien de ses dotations et maintien de l’ensemble de ses missions de service public.
Le Conseil d’administration demande en conséquence au Ministère de prendre d’urgence les mesures nécessaires pour résoudre cette situation qui contredit les ambitions affirmées par le Gouvernement pour l’enseignement supérieur et la recherche. »